Actualités en Droit Social

Géolocalisation comme moyen de preuve : obligation d’informer le salarié de l’ensemble des finalités poursuivies par le système.

Cet article vous plait ?
Partagez-le avec votre réseau !

Dans un arrêt du 6 septembre 2023 (n°22-12.418), la Cour de cassation revient sur les conditions permettant d’utiliser la géolocalisation comme mode de preuve au soutien de faits disciplinaires reprochés à un salarié

Dans cette espèce, un salarié a été engagé le 4 mars 2014, en qualité de Chauffeur Livreur et a été licencié pour faute grave un peu plus d’un an plus tard, le 3 septembre 2015, en raison notamment de déplacements injustifiés établis par le système de géolocalisation de son véhicule.

 

Il a saisi la juridiction prud’homale en contestation de ce licenciement.

 

En cause d’appel, il a été débouté de l’ensemble de ses demandes et son licenciement pour faute grave a été jugé bien fondé.

 

Il a formé un pourvoi cassation en avançant l’argument selon lequel « les salariés concernés doivent être informés, préalablement à la mise en œuvre d’un traitement de données à caractère personnel, de l’identité du responsable du traitement des données ou de son représentant, de la (ou les) finalité(s) poursuivie(s) par le traitement, des destinataires ou catégories de destinataires de données, de l’existence d’un droit d’accès aux données les concernant, d’un droit de rectification et d’un droit d’opposition pour motif légitime, ainsi que des modalités d’exercice de ces droits ; que, pour retenir une faute grave, la cour d’appel a considéré que les déplacements injustifiés reprochés au salarié étaient établis par les relevés de géolocalisation de son véhicule, que ce procédé avait été déclaré à la CNIL dans le but d’une géolocalisation des véhicules des employés et de la sécurité des biens et des personnes sur les sites, et que le salarié avait été informé par un courrier recommandé des objectifs de l’utilisation de la géolocalisation ; qu’en ne recherchant pas, comme elle y était invitée, si figurait, parmi les finalités du dispositif indiquées tant à la CNIL qu’au salarié, le contrôle de l’activité de ce dernier, la cour d’appel n’a pas donné de base légale à sa décision au regard de l’article 32 de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée par la loi n° 2004-801 du 6 août 2004, dans sa version antérieure à l’entrée en vigueur du Règlement général sur la protection des données et des articles 6 et 8 de la Convention de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales ».

 

En d’autres termes, le salarié estime que s’il avait été informé préalablement de l’existence d’un système de géolocalisation de son véhicule, il ne lui avait pas fait état de la finalité du dispositif de géolocalisation de son véhicule selon laquelle l’employeur pouvait contrôler son activité, de sorte que ce moyen de preuve serait, selon lui, irrecevable.

 

Par une motivation détaillée, la Cour de cassation, dans sa décision du 6 septembre 2023, casse l’arrêt rendu par la Cour d’appel de Nîmes, en toutes ses dispositions, et suit l’argumentation du salarié.

 

Ainsi, au visa de l’article 32 de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée par la loi n° 2004-801 du 6 août 2004 et des articles L. 1121-1, L. 1222-3 et L. 1222-4 du Code du travail, la Haute juridiction rappelle les règles régissant la recevabilité de la preuve par géolocalisation :

–       dès lors qu’une entreprise souhaite mettre en place un traitement de données à caractère personnel, elle doit, préalablement, informer les salariés concernés de l’identité du responsable du traitement des données ou de son représentant, de la (ou les) finalité(s) poursuivie(s) par le traitement, des destinataires ou catégories de destinataires de données, de l’existence d’un droit d’accès aux données le concernant, d’un droit de rectification et d’un droit d’opposition pour motif légitime, ainsi que des modalités d’exercice de ces droits ;

–       l’employeur peut utiliser un système de géolocalisation pour contrôler l’activité des salariés seulement si celui-ci a été porté à leur connaissance préalablement ;

–       l’employeur ne peut assurer le contrôle de la durée du travail par un système de géolocalisation seulement s’il ne peut le faire par un autre moyen.

 

En l’espèce, le système de géolocalisation avait été déclaré à la CNIL et le salarié en avait été informé par lettre recommandée avec accusé de réception réceptionnée le 1er septembre 2014.

 

Or, cette lettre mentionnait, au titre des objectifs de la géolocalisation, seulement le but de protection de la sécurité des biens et des personnes et non le contrôle de l’activité professionnelle des salariés et de la durée du travail.

 

Cela n’est pas suffisant pour la Cour de cassation qui estime qu’il convient d’informer le salarié du dispositif mis en place de géolocalisation, mais aussi de l’ensemble des finalités de celui-ci.

A défaut, les éléments ressortant du dispositif ne pourront servir au soutien du licenciement pour faute grave et seront jugés irrecevables.

  

https://www.courdecassation.fr/decision/64f8230eda737fd9691e6526?search_api_fulltext=22-12.418&op=Rechercher&previousdecisionpage=&previousdecisionindex=&nextdecisionpage=&nextdecisionindex=

 

 

Vous rechercher des informations en Droit Social ?

Utiliser le moteur de recherche ci-dessous !

Vous avez besoin de conseils et accompagnement en Droit Social ?

Contactez-nous, nos avocats experts en Droit Social sont là pour vous !

Dernières actualités en droit social

Actualités en droit social

Système d’intelligence artificielle générative et premiers retours de la CNIL

La CNIL publie ses premières réponses à destination des professionnels souhaitant déployer dans leurs entités un système d’intelligence artificielle générative, qui est capable de créer des contenus (texte, code informatique, images, etc.).   En résumé, elle « recommande de :   Partir d’un besoin concret, c’est-à-dire d’éviter de déployer un système d’IA générative

Lire la suite
Actualités en droit social

Charte du cotisant contrôlé : nouvelle version

Un arrêté du 22 juillet 2024 fixe le nouveau modèle de la charte du cotisant contrôlé (URSSAF, CMSA). Il est consultable en cliquant sur le lien ci-dessous : https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000050044295

Lire la suite
Actualités en droit social

La loyauté : un principe cardinal de la négociation

Le principe de loyauté doit présider tout type de négociation. Il implique notamment de convier toutes les organisations syndicales représentatives autour de la table, sans possibilité de tenir des rencontres bilatérales et/ou des négociations séparées. C’est précisément sur ce fondement que la Cour d’appel de Paris, dans un arrêt du

Lire la suite

Inscription
aux Matinées Actualités