Actualités en Droit Social

Possibilité de constater l’inaptitude d’un salarié lors d’un examen à la demande et même en période de suspension du contrat de travail !

Cet article vous plait ?
Partagez-le avec votre réseau !

Par un arrêt en date du 24 mai 2023 (n°22-10.517), la Cour de cassation est venue préciser que le médecin du travail pouvait constater l’inaptitude d’un salarié à on poste de travail à l’occasion d’un examen réalisé à la demande de celui-ci et même si le contrat de travail du salarié était suspendu.

 

En l’espèce, un salarié engagé en qualité de soudeur est placé en arrêt maladie le 2 novembre 2017.

Le 13 novembre 2017, lors d’un examen médical à sa demande, le salarié est déclaré inapte par le médecin du travail.

 

Son employeur le licencie ainsi pour inaptitude physique et impossibilité de reclassement le 19 décembre 2017.

 

Contestant cette rupture qu’il estime infondée, le salarié saisit la juridiction prud’homale.

 

Par un arrêt en date du 20 avril 2021, la Cour d’appel de Metz considère que le licenciement du salarié est fondé sur une cause réelle et sérieuse, motif pour lequel il décide de se pourvoir en cassation.

 

Dans sa décision du 24 mai 2023, la Cour de cassation rejette le pourvoi ainsi formé par le salarié, au visa des articles L. 4624-4 et R. 4624-34 du Code du travail selon lequel : « Le travailleur peut solliciter notamment une visite médicale, lorsqu’il anticipe un risque d’inaptitude, dans l’objectif d’engager une démarche de maintien en emploi et de bénéficier d’un accompagnement personnalisé ».

 

Sa motivation est la suivante :

 

« 7. Il résulte de la combinaison de ces textes que le médecin du travail peut constater l’inaptitude d’un salarié à son poste à l’occasion d’un examen réalisé à la demande de celui-ci sur le fondement de l’article R. 4624-34 du code du travail, peu important que l’examen médical ait lieu pendant la suspension du contrat de travail.

8. L’arrêt constate, d’abord, que dans l’avis d’inaptitude établi le 14 novembre 2017, le médecin du travail a visé l’article R. 4624-34 du code du travail pour la visite et l’article L. 4624-4 du même code pour l’avis d’inaptitude lui-même.

9. Il relève, ensuite, que cet avis mentionne que le salarié a été déclaré inapte après une visite médicale qui s’est tenue le 13 novembre 2017 de 16h20 à 17h30, suivie d’une étude de poste et des conditions de travail et d’un échange avec l’employeur menés par le médecin du travail et que la dernière actualisation de la fiche d’entreprise a pour date le 24 avril 2015 ».

 

Précision importante apportée par la Haute juridiction : la suspension du contrat de travail n’a donc aucune incidence sur la possibilité de rendre un avis d’inaptitude du salarié lors d’un examen à sa demande.

 

https://www.courdecassation.fr/decision/646daae9682126d0f8fac944

 

 

Vous rechercher des informations en Droit Social ?

Utiliser le moteur de recherche ci-dessous !

Vous avez besoin de conseils et accompagnement en Droit Social ?

Contactez-nous, nos avocats experts en Droit Social sont là pour vous !

Dernières actualités en droit social

Actualités en droit social

Système d’intelligence artificielle générative et premiers retours de la CNIL

La CNIL publie ses premières réponses à destination des professionnels souhaitant déployer dans leurs entités un système d’intelligence artificielle générative, qui est capable de créer des contenus (texte, code informatique, images, etc.).   En résumé, elle « recommande de :   Partir d’un besoin concret, c’est-à-dire d’éviter de déployer un système d’IA générative

Lire la suite
Actualités en droit social

Charte du cotisant contrôlé : nouvelle version

Un arrêté du 22 juillet 2024 fixe le nouveau modèle de la charte du cotisant contrôlé (URSSAF, CMSA). Il est consultable en cliquant sur le lien ci-dessous : https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000050044295

Lire la suite
Actualités en droit social

La loyauté : un principe cardinal de la négociation

Le principe de loyauté doit présider tout type de négociation. Il implique notamment de convier toutes les organisations syndicales représentatives autour de la table, sans possibilité de tenir des rencontres bilatérales et/ou des négociations séparées. C’est précisément sur ce fondement que la Cour d’appel de Paris, dans un arrêt du

Lire la suite

Inscription
aux Matinées Actualités