Actualités en Droit Social

Inaptitude : attention à la rédaction de l’avis du médecin du travail !

Cet article vous plait ?
Partagez-le avec votre réseau !

La loi n° 2016-1088 du 8 août 2016 a pour partie modifié la procédure d’inaptitude, faisant ainsi émerger un certain nombre d’interrogations que la Cour de cassation est désormais amenée à trancher.

Plusieurs questions sont nées autour de l’application et de l’interprétation du nouvel article L. 1226-2-1 du Code du travail, lequel prévoit que le médecin du travail peut dispenser l’employeur de toute recherche de reclassement si son avis contient expressément l’une des deux mentions suivantes : « tout maintien du salarié dans un emploi serait gravement préjudiciable à sa santé » ou « l’état de santé du salarié fait obstacle à tout reclassement dans un emploi ».

À ce sujet, la Cour de cassation a rendu plusieurs arrêts en 2022, aux termes desquels elle a jugé que lorsque l’une de ces deux mentions figurent dans l’avis médical, l’employeur n’est pas tenu de consulter les représentants du personnel sur le reclassement (Cass. soc., 6 novembre 2022, n° 21-17.255 ; Cass. soc., 8 juin 2022, n° 20-22.500).

Toujours s’agissant de l’application des dispositions précitées de l’article L. 1226-2-1, les juges du Quai de l’horloge ont été interrogés sur la question de savoir si le fait d’indiquer dans l’avis médical que « tout maintien du salarié dans un emploi dans l’entreprise serait gravement préjudiciable à sa santé » permettait à l’employeur d’être dispensé de recherche de reclassement.

La Cour, dans un arrêt du 13 septembre 2023, adopte une interprétation stricte des termes de l’article L. 1226-2-1 et confirme l’arrêt d’appel ayant jugé que « l’employeur n’était pas dispensé de procéder à des recherches de reclassement et de consulter les délégués du personnel », dès lors qu’avaient été ajoutés les termes « dans l’entreprise » à la formule « tout maintien du salarié dans un emploi serait gravement préjudiciable à sa santé » (Cass. soc., 13 septembre 2023, n° 22-12.970).

Cette décision rappelle une nouvelle fois que les employeurs ont intérêt à faire preuve de vigilance dans le cadre des procédures d’inaptitude et, le cas échéant, à écrire au médecin du travail afin de faire préciser son avis.

Lien vers l’arrêt : cliquez ici

Vous rechercher des informations en Droit Social ?

Utiliser le moteur de recherche ci-dessous !

Vous avez besoin de conseils et accompagnement en Droit Social ?

Contactez-nous, nos avocats experts en Droit Social sont là pour vous !

Dernières actualités en droit social

Actualités en droit social

PSE homologué et obligation de reclassement de l’employeur

Par un arrêt du 15 mai 2024, la Cour de cassation rappelle les exigences de rigueur et de transparence attendues de la part des employeurs en matière de reclassement dans le cadre d’un PSE homologué et vient clarifier les attentes des juges quant aux preuves que les employeurs doivent fournir

Lire la suite

Inscription
aux Matinées Actualités