Actualités en Droit Social

Propos racistes tenus lors du repas de noël organisé par le CSE : le lien avec la vie professionnelle est établi

Cet article vous plait ?
Partagez-le avec votre réseau !

Dans un arrêt du 15 mai 2024, la Cour de cassation a jugé que dès lors qu’il était établi que « des propos à caractère raciste, tenant à la couleur de peau de la salariée, avaient été tenus par sa supérieure hiérarchique au cours d’un repas de Noël avec des collègues de travail, organisé par le comité d’entreprise, [la Cour d’appel] aurait dû déduire que de tels propos relevaient de la vie professionnelle de la salariée et que cette dernière présentait des éléments laissant supposer une discrimination en raison de ses origines » (pourvoi n°22-16.287).

En l’espèce, une salariée engagée en contrat de travail à durée déterminée (CDD) avait saisi la juridiction prud’homale aux fins de faire requalifier son CDD en contrat de travail à durée indéterminée et de solliciter la résiliation judiciaire de celui-ci au motif que l’employeur aurait commis un manquement résultant du harcèlement moral discriminatoire dont elle aurait été victime de la part de sa supérieure hiérarchique.

La salariée rapportait notamment que sa supérieure hiérarchique avait tenu des propos racistes lors du repas de noël, ce qu’elle avait dénoncé auprès des ressources humaines par la suite. Elle produisait en complément divers échanges de courriels évoquant la situation.

La Cour d’appel de Versailles a retenu que si des propos évoquant la couleur de peau de la salariée avaient pu être tenus par sa supérieure hiérarchique lors du repas de Noël, il s’agissait du contexte particulier d’un évènement festif organisé non pas par l’employeur, mais par le comité d’entreprise (CSE désormais), personne morale distincte, en dehors de l’entreprise et du temps de travail, et dans le cadre d’une discussion relative aux avantages que la salariée expliquait pouvoir obtenir en effectuant des réclamations auprès de commerçants. Elle ajoutait que les propos n’avaient pas été réitérés.

C’est cette analyse que censure la Cour de cassation, considérant donc que les propos relevaient bien de la vie professionnelle et permettaient à la salariée de rapporter des éléments laissant supposer une discrimination.

En conséquence, l’arrêt d’appel est cassé en ce qu’il rejetait les demandes de dommages et intérêts formulées par la salariée pour harcèlement moral discriminatoire et de résiliation judiciaire du contrat de travail aux torts de l’employeur.

Source : Cass. soc., 15 mai 2024, n°22-16.287

Vous rechercher des informations en Droit Social ?

Utiliser le moteur de recherche ci-dessous !

Vous avez besoin de conseils et accompagnement en Droit Social ?

Contactez-nous, nos avocats experts en Droit Social sont là pour vous !

Dernières actualités en droit social

Actualités en droit social

Recevabilité d’un enregistrement déloyal pour faire reconnaître un accident du travail et une « faute inexcusable de l’employeur »

Par une décision rendue le 6 juin 2024 (Cass. Civ. 2, 6 juin 2024, n°22-11.736), la Cour de cassation a admis la recevabilité d’un enregistrement déloyal d’un salarié à l’encontre de son employeur en vue de faire reconnaître son accident du travail et l’existence d’une « faute inexcusable de l’employeur ». En

Lire la suite

Inscription
aux Matinées Actualités