Actualités en Droit Social

Vers une prorogation de la possibilité d’acheter des aliments non directement consommables avec des titres-restaurant ?

Cet article vous plait ?
Partagez-le avec votre réseau !

En application des articles L. 3262-1 et R. 3262-4 du Code du travail, le titre-restaurant permet en principe de payer en tout ou partie un repas au restaurant, des préparations alimentaires directement consommables, ainsi que des fruits et légumes, qu’ils soient ou non directement consommables.

La loi portant mesures d’urgence pour la protection du pouvoir d’achat du 16 août 2022 avait assoupli ces conditions d’utilisation, en prévoyant qu’à titre dérogatoire, et jusqu’au 31 décembre 2023, les titres-restaurant pouvaient être utilisés pour acquitter en tout ou partie le prix de tout produit alimentaire, qu’il soit ou non directement consommable (ex : riz, pâtes, œufs, etc.), à l’exclusion de l’alcool, des confiseries, des produits infantiles et des aliments animaliers.

Compte tenu de l’épisode inflationniste persistant, l’Assemblée Nationale a adopté en première lecture, le 23 novembre dernier, une proposition de loi visant à prolonger en 2024 ce régime dérogatoire. A noter que, si certains amendements proposaient de proroger de 2 ou 5 ans, voire de pérenniser le système dérogatoire, ces derniers ont été rejetés.

La proposition de loi sera examinée par le Sénat le 12 décembre 2023.

https://www.assemblee-nationale.fr/dyn/actualites-accueil-hub/adoption-de-la-proposition-de-loi-visant-a-prolonger-en-2024-l-utilisation-des-titres-restaurant-pour-des-achats-de-produits-alimentaires-non-directement-consommables

Vous rechercher des informations en Droit Social ?

Utiliser le moteur de recherche ci-dessous !

Vous avez besoin de conseils et accompagnement en Droit Social ?

Contactez-nous, nos avocats experts en Droit Social sont là pour vous !

Dernières actualités en droit social

Actualités en droit social

L’enquête interne : un outil à manier avec précautions !

Dans un arrêt du 7 février 2024 (n°21/00413), la Cour d’appel de Metz a écarté les conclusions d’une enquête réalisée par l’employeur, qualifiées de « peu pertinentes ».  Dans cette espèce, le 10 septembre 2018, une salariée a pis acte de la rupture de son contrat de travail et a notamment soutenu

Lire la suite
Actualités en droit social

Le manquement de l’employeur à son obligation de sécurité ou à l’obligation de prévention du harcèlement moral peut-il entraîner la nullité du licenciement ?

Par une décision en date du 14 février 2024 (pourvoi n°22-21.464), la Cour de cassation répond par la négative : le manquement de l’employeur à son obligation de sécurité ou à l’obligation de prévention du harcèlement moral ne justifie pas la nullité du licenciement prononcé.   En l’espèce, une salariée a

Lire la suite